Saper la légitimité



Voici une image de Bashir al-Assad. Il a un long cou que l'on a accentué encore plus. Ainsi doté il devrait pouvoir voir plus loin devant lui, à condition qu'il ne souffre pas de myopie, ce qui pourrait jouer sur sa légitimité. Les grands nœuds de cravates semblent aussi lui plaire. On l'a mis plus en valeur également, car il pourrait indiquer que Assad voit grand.

On entend que le régime syrien est en train de 'saper sa légitimité'. Il a fallu beaucoup moins de temps pour que Kadhafi sape la sienne. Saper la légitimité doit donc dépendre de qui on est, de quel degré on est toujours utile pour les uns et les autres, d'où on est situé, et de quels amis on a. Comme Kadhafi était quasi dépourvu des amis, certainement des amis puissants, il a sapé sa légitimité en quelques jours. Il faut dire quand même que tirer sur son peuple avec des armes antiaériennes n'est pas la façon plus subtile de faire en sorte que la confiance et la sécurité règnent dans le pays.

Bashir al-Assad a précisé dans son dernier discours qu'il avait parlé avec des manifestants, et pour lui il y a une différence entre ces derniers et les 'saboteurs'. Mais ses tireurs d'élite ne différentient point entre les manifestants et les 'saboteurs'. Ils ne différentient même pas entre les adultes et les enfants.

La question donc à poser est combien de temps faut-il pour que le monde démocratique arrive à la conclusion que le régime syrien a enfin sapé pour de bon sa légitimité? Car si malgré tout on estime qu'il n'est pas encore là, cela ne devrait pas en principe nécessiter davantage d'assassinats des civils de tous les âges pour que sa légitimité soit bel et bien sapée.

Déjà les ambassadeurs syriens qui soutiennent leur régime auraient du être renvoyés chez eux. Les ambassadeurs européens et américains devraient aussi quitter leurs fonctions en Syrie, s'ils ne l'ont pas fait encore. Déjà les sanctions dures interdisant des visites en Europe et aux Etats Unis de tous les membres du régime syrien auraient du être appliquées. Déjà les comptes européens appartenant au régime auraient du être bloqués.

Si le monde démocratique tient à sa crédibilité, il devrait cesser de continuer à pratiquer ces double standards honteux et incohérents.
D'ailleurs de mettre une pression plus sérieuse, sinon d'aider le peuple syrien, serait aussi une manière d'aider indirectement le peuple iranien. La situation en Syrie pourrait déterminer celle en Iran et même celle en Liban, mais pas si on prétend bêtement et lâchement que le régime syrien n'a pas encore 'sapé sa légitimité'..

La répression qui a duré plus de trois mois a fait 1,332 morts côté civil entraînant plusieurs milliers d'arrestations. Plus de 12,000 réfugiés syriens ont été accueillis par Alep, bastion des autorités d'Ankara en Turquie (24:24 actu. fr)
___

Text and image © Mirino. June, 2011

6 comments:

Saamaya said...

E' sempre difficile epsrimere giudizi in politica estera se nn si è profondi conoscitori del tema, ma non sfugge, soprattutto per la Siria, questo 'doppio binario' di cui parli tu che cerca di mantenere un habitus di decenza, legittimità e correttezza, mentre si legittima, ogni Venerdì di preghiera e lotta, una strage disgustosa di innocenti.
Per me non c'è alibi a queste violenze e inorridisco di fronte alla debolezza di uomini e gruppi sociali, così attaccati al potere da perdere il senno.

Mirino said...

È anche difficile digerire le sue pantomime di discorsi vidi per cui l'udienza- forse pagata- manifesta troppo apprezzamento. È ovvio che questi discorsi non sono fatti per rassicurare i siriani, sono fatti per rassicurare il mondo, come se il mondo fosse così stupido ed ingenuo.
Assad e il suo regime sembrano appartenere ad un'altra epoca, il 19°, se non il 18° secolo (presupponendo che ci sia un'epoca a cui potrebbero appartenere).

Credo che sia finito per lui. Mai i siriani lo perdoneranno. Già il mondo non dovrebbe perdonarlo, ma purtroppo ci sono molti nel mondo che hanno buoni motivi per persuadersi che Assad non ha ancora scalzato la sua legittimità...

Saamaya said...

LEGITTIMITA': una gara che potrebbe non avere vincitori.
:-(

Mirino said...

Si direbbe che si tratti di una parola il cui senso varia secondo certe considerazioni compressi gli interessi di quelli che lo utilizzano.

Gaddafi non aveva bisogno di ammazzare fino a 1,332 libici ad esempio, senza alludere alla tortura ed al massacro dei bambini, prima di essere giudicati di aver perduto la sua 'legittimità'. In più è già soggetto dei mandati internazionali di arresto..

Se ci sono regole ben stabilite quindi, Assad deve appartenere indubitabilmente ad una delle eccezioni..

Mirino said...

Plus d'un million de manifestants syriens ont défié le régime le 15 juillet, (plus de 500,000 à Hama et autant à Dier Ezzor. C'était la plus grande mobilisation depuis le 15 mars, début des protestations. Avant hier plus de 300 ont été arrêtés et 30 tués.

Selon Hillary Clinton, le président Bachar al-Assad avait perdu sa légitimité du fait de la répression.
Robert Ford, l'ambassadeur américain en Syrie s'est rendu à Hama la semaine dernière. Il a déclaré que le régime risquait d'être 'balayé par la rue' en exhortant al-Assad à 'prendre la décision difficile' pour engager des réformes- ce qui avait provoqué la colère du régime.

On a remarqué écrit sur un panneau d'un manifestant- "Where is the conscience of the world?". Une bonne question et un appel très clair.

Mirino said...

Depuis mars 2011, 5400 civils sont morts à cause de la répression syrienne.