Celestial moments



After a storm when the last embers of the sun win through, they bless the south with a little rainbow smile. That's all, but more than enough.
 

The following evening promises to be even more glorious. Just before the rising moon is veiled by misty cloud, it seems to indicate the enchantment that's about to begin.
 

Such fleeting moments are breathtaking. They make you feel small but privileged, and give you wonderful, warm feelings of hope.
 

When you capture such magic, you feel rich. You know that this is the first and the last time you will ever directly see this. For if you are fascinated by such sights, then you know that they are always totally unique.
 

Each beautiful, ephemeral poem has a beginning and an end. It is complete and moving in every way.
 

To look across and into the depths of such beauty is almost like flying. A dream flight between drifting clouds warmly lit by the sinking sun, and mountains softly blanketed in mist.
 

Slowly, blissfully we glide on in this paradise, above cool, Alpine peaks towards warm heavens of sunlit caverns.
 

To our left the sky is a deeper, cool azure to contrast with the curling cloud lit up like winter fires that one might gaze dreamily into. Polaric blue and orange determined by the truth of the moment.
 

Then the ragged, raging cumulous like a great, doomed dragon destined to die.
 

Or to be metamorphosed into stretched arms of giants, their hands groping to reach each other, arching across the heavens as if to bid a last farewell.
 

The third and final moment shows the uniqueness of each day's end. The low, humid, steel-blue cloud about to shroud the sun denying it the right to paint the sky crimson.


Some distant cumulous briefly spared, reflects a little warmth, whilst to its left two snarling beasts rabidly tear at each other's muzzle.
 

The low cloud has won this third day, yet like windswept trees of African Savanna, others grace the sky.
Three successive evenings in the mountains early in September.
Part of what I love so much here. A tonic that puts all concerns in a truer perspective, from celestial stars to twinkling lights of tiny villages in the valleys below. Riches of the mountains that one finds where rainbows smile.
 

Photos and text © Mirino. September, 2014

De tout malheur



De tout malheur vient quelque chose de bien. One should believe it, because when the "worst" happens: what one has been dreading the most, it would be logical to believe that from then on things can only improve. Or better still, a redeeming miracle might take place so that nothing is lost and that the temporarily blocked project that one aspires to realise is finally, gloriously fulfilled.

For the night after having received catastrophically news, I had a curious dream. A small green shoot grew from my left arm about two inches above my elbow. I plucked it out to discover that it was a lettuce shrub. Another one immediately appeared, and as fast as I could pull them out, others grew. That part of my arm was peppered with little holes, and the little shoots of spreading lettuces were littered all around my feet.

Following this weird episode I squeezed where my arm was peppered with holes and this caused a live finger to come pointing forth for about half its length. It wasn't making a rude sign. It was a finger that would belong to an adolescent. Stupidly I checked my left hand to make sure that it wasn't one of my own fingers.

My mother (who had passed away at the turn of the century) was there in my dream. I asked her advice. As per usual she reassured me. It was nothing to worry about. By this time the finger had gone and the previously peppered zone of my arm had become a squarish hole like a narrow tunnel or gallery that one could peer down into. It was quite long and totally empty. That was when I woke up.

It was a dream and not a nightmare. Was it a mental attempt to come to terms with what in reality could be considered a nightmarish situation? If so how should one analyse such a dream? The shoots of lettuce, if shoots of lettuce exist, were not alien, parasitical or aggressive. Would they represent physically harmless developments previously regarded as being inconceivable, not in the natural order of how things should evolve? Thus the unanticipated shock.

And then the finger. Would it represent the unexpected hand of consequential circumstances? An indication of the helping hand. The hint of a saving personal engagement from an interested party?
And the presence of my mother. The philosophical reassurance that all will be well, come what may.

Finally the squarish tunnel, the long gallery. The unknown destiny. The future devoid of any clue of what it will reveal, apart from its tenebrous vanishing point, which never needs an explanation.
__

Text and image by Mirino. (Illustration from Alphonso's Dream. All rights reserved). 
September 2014

The socialist




A staunch socialist once aspired
To improve the world before he retired 

He taxed the rich to aid the poor
Who as a result, increased all the more

To rid the world of tyranny
He reinforced tyranny's enemy

 He would gain fame from his grand idea
Of establishing Utopia
                                    
                             For who needs scant cosmology                             
 When bound to vast ideology? 
                            
 *

 When the taxed had nothing left to give
  He levied the people's right to live

 When tyrants' foes grew more despotic
 His world became cruelly chaotic

Hence deluded by democracy

The socialist imposed autocracy

His Elysian dream of Utopia
 Thus ended as infernal dystopia

     †   
  
Doggerel and image © Mirino. August, 2014

Le cercle vicieux



Ce qui se passe dans le monde actuellement me fait penser encore à Massoud. Comment ne pas être conscient des tragiques conséquences interminables de ce manque fatidique de compréhension, discernement, engagement et ainsi de coopération? Car il représenta la clé et la solution. Il représenta l'union des cultures et des religions. Il représenta un musulman exemplaire adoré par ses moudjahidin qui avaient tant de confiance en lui. Un veritable héros qui défendait les valeurs saines, valeurs qui prônent aussi l'amour et la tolérance, car il savait qu'une religion qui prêche la haine et l'intolérance n'est pas une religion, c'est un abus, une exploitation honteuse du seul et unique Dieu, abus pratiqué avec dédaigne par les séides du mal.

Voici aussi pourquoi il a été assassiné deux jours avant que les tours jumelles, frappées par les avions de ligne, tombaient en poussière le
11 Septembre, 2001 à New York.
Quelques années avant, lui et ses hommes auraient pu vaincre les taliban pour libérer Kabul, mais il savait qu'il lui manquait les moyens de tenir et d'établir un gouvernement temporaire et représentatif de tous les afghans. C'est aussi pour cela qu'il est parti finalement pour l'Europe en avril, 2001, pour demander de l'aide. Il avait tant d'amour et d'espoir pour sa nation.

Massoud ne parlait pas anglais, mais il avait appris un peu le français, peut être aussi grâce à l'Ecole Pompidou à Kabul. Il imaginait que surtout la France, pays qui en principe prône avec un zèle révolutionnaire la défense de la liberté, comprendrait l'enjeu crucial et l'aiderait à libérer tout l'Afghanistan.
A Bruxelles Massoud avait même souligné sa conviction que la guerre contre les taliban n'était point une guerre nationale, mais une guerre internationale. Il avait aussi prédit que si l'Europe et l'Occident ne l'aidaient pas en Afghanistan, eux aussi risqueraient de tomber victimes de ces extrémistes.
Il avait déjà remarqué lors des interrogations des prisonniers taliban à quel point ces derniers de toutes nationalités y compris même des chinois, étaient tous conditionnés. Impossible de raisonner avec eux. C'était comme essayer de communiquer avec des zombies.

La France a du savoir la situation. Il y avait les journalistes comme Ponfilly qui n'avaient jamais cessé d'informer leur pays natal de cette situation afghane si critique. Mais Jacques Chirac n'a jamais été un homme prêt à s'engager. Il a du savoir que les américains, dupés par le Pakistan, étaient menés à ne pas avoir confiance en Massoud. Chirac est de ces français parisiens qui n'aiment pas trop les anglo-saxons, et encore moins les américains. On dirait donc qu'il n'ait rien fait pour encourager ces derniers à faire confiance à Massoud. Peut-être pensait-il qu'ainsi pour lui, c'était plus commode. Si les américains avec leur puissante CIA avaient de tels doutes, pourquoi s'engager? Dans le doute mieux ne rien faire, y compris s'informer davantage. Puis en tous cas il avait alors d'autres chats à fouetter.

On voit par la suite comment ce manque d'engagement européen a été tellement fatal et tragique. On voit ce qu'il a contribué à engendrer et répandre, ce fléau fou, deraciné, terrible et sans fin.
De n'avoir rien fait à ce moment précis dans l'histoire peut être comparé au refus catégorique de la Ligue Arabe d'accepter les accords de partage entre les palestiniens et les israéliens en 1947. Ce refus lui aussi a ouvert une boîte de Pandore impossible de refermer. Ce sont de très lourdes conséquences et responsabilités à assumer. La pesanteur est celle déterminée par tant de haine et d'intolérance, tant de destruction, tant de morts, tant d'atrocités, tant de misère, tant de crimes contre l'humanité, interminables, et tous faussement perpétrés au nom de Dieu, ce qui rend encore plus diabolique cette abomination continuelle.

Aujourd'hui donc, pendant que les extrémistes en Iraq commettent des atrocités, massacrent et expulsent les Chrétiens et les Yazidi, certains en France n'ont rien de mieux à faire que de manifester leur soutien pour les Gazaouis, qui eux aussi ont choisi les extrémistes, Hamas, une organisation listée comme terroriste, pour les représenter. Le monde, et surtout bien évidemment l'ONU, savent fort bien l'objectif de cette organisation, mais on continue à pratiquer les trois singes, le laisser-faire, sans vouloir s'engager non plus, tout en regardant avec une désapprobation politiquement correct les conséquences de sa propre complicité constante. N'est-ce pas encore une évidence terrible de la maladie actuelle du monde?


Si la nature humaine ne change pas et ne pourra jamais changer, une partie de cette nature est l'incapacité ou le manque de volonté d'apprendre véritablement les leçons de sa propre histoire. Sommes nous donc censés croire que la raison pour tout est aussi déterminée par un cercle vicieux qui bascule entre le bien et le mal, un cercle évolutif comparable à ceux de l'univers, ce cercle infini, perpetuel, magnifique, entre la création et la destruction auquel forcément nous faisons une toute petite partie, minuscule, insignifiante mais quand même essentielle?
__

Text © Mirino. With thanks for the use of the photos (modified). August, 2014

Clin d'œil

 

Une pause, car la tête bourdonne d'histoires de guerre, et d'histoires liées aux hypocrites politiquement corrects qui rendent la situation encore pire.

Demain un artiste avec lequel j'ai une affinité assez proche, va assister à une célébration pour fêter la cinquantième et dernière année d'organisation des expositions de haute qualité par un sculpteur renommé.
L'artiste a eu le privilège d'exposer ses œuvres avec ce sculpteur l'année dernière, et le mariage de leurs créations était une apparente réussite.

On n'écrit pas ceci pour mettre en valeur qui que ce soit comme artiste, mais je dirais à propos du sculpteur concerné qu'avec les vieux outils encombrants et lourds, il les transforme comme par magie en figures d'aspect souvent très léger. Elles sont parfois vêtues de dentelles, de robes fines. Elles sont vivantes, féeriques et poétiques, et chaque œuvre évoque son propre clin d'œil tendre, d'un humour émouvant et attachant, enveloppée d'amour. De l'art véritable. Demain donc devrait être pour ceux qui assisteront à cet événement, une bouffée d'air frais, parfumée de verité.

Ses artistes amis ont été priés de faire quelque chose pour lui comme cadeau. En considération du niveau de talent de ces artistes, il devrait être bien gâté, mais un tel artiste comme lui qui a tant donné aux autres, et dont l'œuvre a fait, et fait toujours, tant de plaisir aux autres, mérite le meilleur que l'on peut faire pour lui, et pour l'occasion. Voir les résultats sera donc très intéressant. Participer à une telle célébration sera un honneur et une vraie joie!

L'artiste lui a fait un portrait. Comme il en est satisfait, l'œuvre ne peut pas être mauvais. Mais les portraits sont parfois difficiles lorsqu'ils sont poussés. De toute façon jamais il ne faut les travailler outre mesure, surtout en aquarelle. Il y a toujours un moment où on doit arrêter. Une touche de trop peut même le tuer comme un coup de grâce.

Par contre faire un portrait croquis de nature, de life, rapide, en utilisant de la couleur de manière très économe, est parfois même plus efficace, car plus vivante. Ce n'est pas toujours possible, car tout dépend sur les circonstances, ce que l'artiste ressent devant le sujet, sa confiance, et même- pourquoi pas- sa bonne fortune. Car ces genres d'œuvres réussites, faites en moins de vingt minutes, peuvent atteindre le même niveau de qualité artistique, sinon davantage, qu'un portrait soigneux fait assidûment en trois semaines.

Car l'art n'est pas déterminé par le temps, il est maître du temps. On arrive à le créer ou on n'y arrive pas. Dans le premier cas il doit y avoir une bonne dose de magie qui forcément n'a rien à voir avec le temps. En tous cas l'art est toujours hors du temps.
Cette magie hors du temps sera présente demain, et c'est aussi pour cela que ce sera un rare privilège rafraîchissant d'y assister.
__ 

Text and portraits © Mirino. August, 2014

Complicity



The general situation in France is a constant distraction, which is another reason why Viewfinder is being neglected. One harbours illusions that by writing comments on articles published by French Web journals, one might be contributing effectively towards opposing counterproductive socialist politics. Naturally we are referring once more to the most ill-inspired choice of French Presidents, and his incompetent government.

Almost every day there is something else criticable, and sometimes even critical, to the point of being dangerous. Yet no matter how harsh the criticism, Monsieur Hollande continues regardlessly, as if totally immune, like an oblivious, podgy, clockwork rain-man.
To have succeeded in winning the French presidential elections, must have been far beyond F. Holland's wildest dream, therefore whatever flak that comes with the responsibility (if we can use the word in his particular case) seems relatively unimportant. He has achieved the inconceivable, therefore for him the rest, the desolate ruins he is leaving in his wake, are apparently of no particular consequence. However, certain decisions, or incoherent contradictions, may be far more consequential than he and his government are capable of imagining.

For example, with his usual superficial pomp, he recently decreed that all public demonstrations in support of the Palestinians will be prohibited. The reason for this, he said, was his refusal to allow the possibility of any show of antisemitism, for France should never be used as a racist platform against Israel. Despite this interdiction, on the 19th July there were demonstrations in support of the Palestinians, and the usual rioters, 'casseurs', also made their presence felt. Consequently police were injured, forty four arrests were made, and considerable damage was caused.

One would have thought that the President and his government would be totally intolerant towards any attempt to repeat the exercise. But no, on the contrary, due to the pressure from the extreme left, from certain socialist ministers, plus the socialist logic of not wishing to miss out too much on the Muslim vote, the second demonstration in support of the Palestinians was fully authorised.
Yet, curiously enough, following what was in fact a peaceful procession, the demonstration for the Palestinians scheduled for Saturday the 26th, was once again prohibited.
One plausible reason of it being outlawed was the fear that it would be 'incompatible' with the recent Air Algeria catastrophe that included fifty-four French victims. The possibility that the airliner could have been targeted by Malian jihadists, would obviously accentuate this 'incompatibility'.

Nevertheless, prohibiting a third demonstration after allowing a second, after having prohibited the first is totally incoherent as well as inviting trouble. But incoherence, incompetence and lack of foresight has characterised F. Hollande's reign since his election.
Sure enough, despite the ban, the demonstration took place the 26th July, and there were more riots, more vandalsm, and more arrests.

Of course the demonstrations in support of the Palestinians are not only limited to France. They are international. A global bleeding hearts club. Hamas thrives and prospers from them all because they bring in a great deal of money from thousands of sympathisers if not Israeliphobes. No doubt the money will be used as thought fit. As the elected representative of the Palestinians of Gaza, Hamas will make sure of that. No question of using it to build effective bomb shelters comparable to those in Israel to protect civilians, for without the martyrs, the aged, the innocent women and children, the human shield victims Hamas hides behind, there would be no more cause, and thus no more conscience easing money.

Yet strangely, these demonstrations are supposed to promote peace. Does vandalism and racism promote peace? Does one promote peace by sympathising with the Palestinians of Gaza who choose (assuming they have a choice) to be represented by a terrorist organisation? Is one demonstrating with integrity by never alluding to Hamas, the essential cause of the endless misery and hopelessness of the people whose interests the movement cynically pretends to be defending?

Here's a couple of extracts of published comments in French on the same epic subject:

Lorsque les romains eurent expulsé les Israelites de la Terre d'Israel après la révolte de Bar Kokhba (132-135), on substitua l'ancien nom pour 'Palestrina'. N'empêche que personne n'eut pris au sérieux ce nom romain car depuis deux mille ans rien n'a été fait pour établir quoi que ce soit sous cette appellation.

Par contre à travers toute l'histoire les israéliens ont toujours eu l'aspiration de retourner chez eux. Pendant le 14° et 15°, par exemple, beaucoup sont partis d'Espagne. Pendant certaines périodes des communautés entières sont retournées là bas, et ceci n'a jamais suscité de la surprise ou de la polémique comme celle fabriquée depuis 1948.

Depuis cette date fatidique les 'palestiniens' ont été utilisés continuellement comme prétexte pour que les pays arabes puissent réclamer la Terre Sainte comme la leur.
Mais historiquement cette Terre est aussi celle d'Abraham qui représentait la père des religions monothéistes. C'est à dire qu'en fonction de ce principe historique et biblique, cette Terre est celle des Israéliens, Chrétiens et Musulmans. Voilà aussi pourquoi les accords de 1947 de l'ONU acceptés par les autorités juives mais catégoriquement rejetés par la Ligue Arabe, étaient des accords valables et assez bien conçus.

Hamas a une quasi légitimité démocratique à Gaza, comme si les Gazaouis avaient un choix, mais cette soi-disant 'légitimité' valide son statut et donc l'objectif établi. Mais comme déjà suggéré auparavant, au moins jusqu'à maintenant, la co-existence de Hamas et les autorités israéliennes semble être devenue presque un arrangement réciproquement convenable, à condition que le mouvement terroriste ne va jamais outre mesure. En somme il paraît s'agir d'une sorte de tragi-comédie. Tragique évidemment car ce sont les Palestiniens de Gaza et parfois quelques victimes Israéliennes qui paient les frais fatals.

L'avantage de cet arrangement pour Israël est l'assurance que Hamas, dont le statut est l'islamisation de toute la Terre Sainte (même si en réalité aujourd'hui ce serait contre ses intérêts) ne veut point qu'un Etat palestinien soit établi. Pourquoi ? Car un tel Etat serait interprété comme une acceptation de la part des palestiniens de l'Etat d'Israël. Aussi cet État ôterait pour la postérité la raison essentielle d'être et la cause sacrée (mais aujourd'hui chimérique) de l'organisation.
Israël sait pertinemment que l'idée d'un Etat palestinien est devenue totalement irréaliste démographiquement. C'est trop tard. On (La Ligue Arabe) aurait dû y penser avec davantage de lucidité et de prévisions en 1947, mais alors on voulait tout ou rien. Ce principe demeure officiellement chez les palestiniens de Gaza, même si- même aujourd'hui- Hamas n'irait jamais trop loin pour essayer de l'obtenir car ainsi l'organisation serait carrément éliminée.

Donc on lance des roquettes, Israël réagit, il y a malheureusement mais naturellement des victimes dans une zone limitée et surpeuplée. Les sympathisants pour les palestiniens font leurs manifestations dans le monde entier. On ramasse encore de l'argent pour la bonne cause, et Hamas prospère. Voilà le vieux scénario répétitif, hypocrite et tragiquement fatidique que l'altruisme du monde entier aide à perpétuer.
__


Text © Mirino. Top image from 'la tuerie d'Itamar et le double discours palestinien' 
With thanks. July, 2014