Falling water




Falling water
Forgone words
Fulfilled wishes
      Soaring birds      

Sweet memories
Silver moons
Shrouding mists
Windswept dunes

 Whispering leaves
                             Winter lights                          
Window lattice
 Crisp, cold nights

Clear streams
                            Cumulus skies                          
Carmen sunsets
              Smiling eyes              
                                     
Sublime dawns
Shimmering dew
Scented days  
Flow anew  

Falling water


°

Text and image © Mirino. March, 2015

Heaven and hell



Since the end of the afghan-soviet war, the Muslim world seems to have yielded to a socio-religious regression. No doubt the religious fanaticism was always latently lurking, ready to pounce back again after dismissing the efforts of revolutionary heroes such as Massoud, amongst others. The visionary efforts of Atatürk in the thirties were similarly rejected. One presumes there's a silent Muslim majority who disapproves of certain Sharia laws. A good proportion of this tacit majority might even believe that Muslim women have as much right as Muslim men to benefit from all forms of education, social and professional opportunities.

The real men, the heroes, could never imagine that by freeing women by a rule of law from an imposed obligation of wearing a mobile prison, or by allowing them exactly the same rights and opportunities as they themselves have, would represent an impious threat to civilisation. Or would God create beauty for it to be shrouded from head to foot in black or grey for as long as it lasts? Should we hide beautiful flowers in full bloom under black tarpaulin so that they suffocate and whither away prematurely? Should we banish birds of paradise to substitute them with crows, rooks and ravens?

The venerated prophet Muhammad is not God. He is not the son of God. He is not a distant relative of God. He was a self-proclaimed prophet and messenger of God. He was no doubt a good man, with the passions and healthy appetite of good men. His conviction of being a prophet and messenger of God came from his revelation from the alleged visit of Gabriel during a period when Muhammad sought seclusion in a mountain cave.
Intellectuals of the Middles Ages, such as Dante, regarded Muhammed as a scissionist, the divider of the monotheist religions, the three 'children' of Abraham.

Ironically Muhammad staunchly defended monotheism, and this alone would condemn the satanic tyranny of all Islamic extremists who naively believe they can kill in the name of their prophet and eventually be rewarded for their crimes by being absurdly granted a harem of virgins in paradise.
Essentially all religions would support the belief that there is only one God. Even science would accord that the universe and its ever evolving mechanism is not, and never could be, an accident. Is it not the creation of an 'almighty power'? Call it what you will, personify it, identify with it, as any form of intelligent life in the cosmos might also be inclined to do.

In any case hazard itself cannot logically exist. Nature or God would not recognise it. There is therefore a reason for everything. Isn't this the essential truth that governs life as it governs the stars? It engenders heroes as it does cowards, it determines the greatest statesman, and the smallest, meanest-minded, fanatic.

By venting the rabid hate that devours them, and by showing their total distain for the miracle of life, how can poor, frustrated, brainwashed beings pretend to believe in God? By extension how can they pretend to believe in and defend their prophet?
One human life is the relative nucleus of the entire universe, the sacred creation of God.

Most individuals have their own way of imagining and believing in an almighty, universal power. They don't have to wear a particular uniform, a dour, shapeless, all covering garment, or a sackcloth. They don't have to belong to a club, or go to a Church, a mosque or a synagogue to reveal or justify this. We have the right to believe according to our personal views and convictions. We also have the right not to believe, for this is how we are, how we were meant to be, by the grace of God, or the miracle of life, englobing circumstances, genetics and history.

Paradise and Inferno are not only the spiritual, polaric destinies intrinsic to religion. They don't only represent reward and punishment. Needless to add, they can also apply to how we consider our world and to what we do during our lifetime in order that it approach either the one or the other.

Nothing could be more irrational than to believe that by contributing to make the world hellish, one would be rewarded with Heaven. Those who assume the divine right to take away and destroy what God gives and creates, are worse than Lucifer. For even the devil would distain such foul pretentiousness. Let him ever possess their souls in Jahannam, for they can never be worthy of ending up anywhere else.


 
One of Viewfinders original objectives was to try to seek out the views of international readers interested enough in subjects raised to intelligently counter whatever rubbish I come up with. There must be millions of Muslims, for example, who, to put it mildly, wouldn't agree with the above. It would be interesting to know, for example, what they think about the El's recent, barbaric execution by decapitation of twenty-one Egyptian Copts in Libya.
Do Muslims believe that the Copts of Egypt (by all accounts direct descendants of the ancient Egyptians) have more ancestral rights than the invading Arab forces that imposed their religion and culture in Egypt much later in the history of the nation? Would they agree that, without having to resort to such atrocious violence, Islam is duty bound to impose itself wherever possible, and if this is generally considered not only acceptable but essential, for what motive would this be, assuming that the three monotheist religions are the generally accepted historic foundations of modern civilisation in the Middle East, Europe and the USA?
__
 
Montage and text © Mirino. (Montage includes a transposed image from English Russia, with grateful thanks).                               February, 2015

Walking the dogs, and the cat



François Kersaudy is right to point out what is in any case evident in Le Point this morning.
'Le com', as they say in French, but is it really a mirage? Isn't carefully prepared, pampered and powdered communication via the media, with the full complicity of the latter, the only tangible way to survive politically today?
One rides the waves blissfully and serenely or one drowns beneath them cursedly and miserably according to the whims of the media. One can write an amusing article to point this out, yet again, but the truth of it, the idea that a fool can govern a country if such be the capricious wish programmed by the media and granted by their communication clout, is far more disturbing than amusing.


The thought vaguely runs through my mind as I walk the dogs, and the cat. Apart from this sad musing, the mind is relatively blank as we follow the endless dry stone walls around this picturesque village warmed by the February sun.

One hoped to contribute to correct the tendency by writing too many ephemeral comments, but that's the real illusion. Vain efforts that are nevertheless worth the hint of a smile.
Is it not better to walk the dogs, and the cat, to free the mind, appreciate the warm, February sunshine of Italy, and the amazing variety of stones?
The age of each modest pebble could make the lifetime of a mediocre politician appear to be a mere, dull and pathetic instant.


Text and Images © Mirino. February, 2015

Pietre



Mi sono sempre piaciute le pietre. In quasi ogni luogo guardo per terra, osservo le sponde o i muri vecchi, naturali e no. È come guardare le montagne di lontano. Ogni pietra, come ogni montagna, ha la propria storia, a confronto della quale quella di un essere umano è così effimera.


Conservo le pietre come gioielli, ho quelle trovate sulle sponde di Loch Lomond, in Scozia;  ho le piccole pietre prese dal Grand Canyon, in Arizona, USA, che sembrano le più piccole miniature di quest’opera grandiosa della natura. Ho le belle pietre provenienti dalle spiagge della Costa Azzurra, in Francia; poi ho una pietra di granito che custodisco come un gioiello particolarmente prezioso. La trovai in quello che una volta era il giardino di famiglia nell’Essex, in Inghilterra. Ha dei fori ben levigati, prodotti dall'erosione dell’acqua, un'opera di scultura perfezionata attraverso milioni di anni. Ogni pietra collezionata non ha solo la sua storia infinita, ha anche una piccola storia molto più modesta, condivisa con me.


Per le pietre, in questo luogo in Italia dove sono attualmente, si è ben serviti. È il paese delle pietre, famoso per questo, ed in effetti qui se ne trovano di tutti i generi.


Spesso si intravedono nitidamente delle forme che sono già scolpite nella pietra da quel saggio e famosissimo scultore che è il Tempo. Non bisogna toccarle perché l'opera è già perfetta così com’è. Ma a volte si vede o si immagina qualcosa che si potrebbe far “uscire” e mettere in luce mantenendo allo stesso tempo la bellezza e le caratteristiche naturali della pietra stessa. Ma anche per fare questo si ha sempre bisogno di tempo..


Text and images © Mirino (with thanks to Rob, as always). January, 2015

Séides du mal

Il faut être bien vaniteux, inculte et arriéré pour croire qu'un prophète tant vénéré par des millions d'individus dans le monde, a besoin d'être défendu ou 'vengé'.
D'y croire est de l'exploiter pour des prétextes négatifs, des fins personnelles, ce qui est en somme la pire forme de blasphème.

Sans entrer dans l'histoire de ce Prophète, un homme réputé quasi divin qui représente la lumière et l'espoir pour tant de gens, doit évidemment être exemplaire dans tous les égards. Si un tel homme ou divinité prétendu, se prenait trop au sérieux, s'il avait besoin d'être défendu ou vengé par des imbéciles pretencieux, il ne serait point exemplaire ni divin. Il serait faible, car lui aussi aurait peur.

Un véritable prophète, comme Dieu lui-même, n'approuverait jamais que l'on tue froidement et lâchement en son nom. Une divinité qui représente le bien punira toujours ceux qui prétendent avoir ce droit ultime et se bornent à le faire. Ils ne sont que les séides du mal, les acolytes du diable.

Si on croit que l'univers ne fût pas créé par hasard, et que son évolution constante n'est jamais accidentelle, on est déjà essentiellement religieux, et cette spiritualité s'applique aussi aujourd'hui aux plus grands savants qui reconnaissent de plus en plus l'existence d'un point de rencontre entre la science et la spiritualité, comme celui essentiel de la vie même.
Forcément Dieu créateur, est aussi artiste..

Comment est-ce possible que l'on ose ôter la vie d'innocents au nom de cette immense force qui échappe toujours à notre capacité de discerner et de comprendre? Devant un tel pouvoir immense, illimité et extraordinaire, un homme sensé doit quand même pratiquer un minimum d'humilité.

Mais les ignares égarés qui tuent froidement et gratuitement, selon leurs causes concoctées pour l'occasion, assument un droit pire que celui assumé même par Lucifer.
__

(Un des principes de la religion de l'Islam appliqué par des intégristes islamiques, sinon les musulmans en général, c'est rendre coupable toute une société pour un crime d'un seul membre de cette société.
Ne serait il donc pas raisonnable et propice que les musulmans commencent à appliquer ce principe aussi à eux-mêmes? Il y a trop de crimes atroces perpétrés au nom du Prophète et de l'Islam. Ceux qui sont coupables sont des musulmans. Que l'on tienne à les différencier des musulmans dits 'modérés' ne change pas ce fait. Après tout, le World Trade Center représentait le monde entier. Ceux qui y travaillaient étaient de toutes cultures et religions. Les assassins les a manifestement estimés tous 'coupables'. Mais leur seul crime était d'exister, et de travailler à New York.

En appliquant ce principe à eux-mêmes, les musulmans n'auraient plus de recours pour se dissocier et se déresponsabiliser des actes barbares des intégristes musulmans, membres de leur propre société. Ils n'auraient aucun prétexte de ne pas balayer de manière beaucoup plus efficace devant leur propre porte).



Text and image © Mirino. January, 2015

Passage de temps


Dernier jour de 2014, une année bien négative encore en France, et vue de plus loin, on est forcément plus objectif. L'incapacité du gouvernement à résoudre les problèmes essentiels qui par extension résoudront tous les problèmes, a été dissimulée par les intérêts idéologiques, qui de toute façon ne peuvent que faire plus de mal que de bien. On le voit dans les efforts absurds d'appliquer l'égalitarisme aux système de l'éducation nationale, et lorsqu'on se borne à prétendre qu'un garçon et une fille sont 'égaux sinon égales' donc pareils sinon pareilles, on étale sa folie et son mépris pour les lois naturelles. Mais on n'en entend rien de la part des prétendus 'écologistes'.
Au lieu d'éveiller les esprits au miracle de la vie que depuis la nuit des temps on perpétue grâce à la différence du genre bien définie, les dirigeants français préfèrent tout banaliser. La seule réussite, si on pouvait la qualifier comme telle, de ce gouvernement (changé deux fois en deux ans) a été la légalisation du mariage homosexuel. En soi cet 'accomplissement' ne fait pas de vagues, mais il s'agit aucunement de faire plaisir à une minorité. C'est plutôt l'exploitation de cette minorité, aussi pour des fins idéologiques. Dans ce cas on réduit l'importance de la famille naturelle, pour accroître celle de l'Etat 'paternel', sinon 'maternel'. Voilà l'objectif. En encourageant les adoptions sinon la fabrication éventuelle des enfants grâce à la GPA, PMA, ou AMP (et la banalisation est autant évidente par l'emploi de telles abréviations tant aimées en France).

Comme les socialistes semblent croire que grâce à leur idéologie quasi divine ils peuvent contrôler et modifier les lois de la nature même, la gestion pour autrui pourrait éventuellement représenter un don sacré, non pas grâce à Dieu, mais grâce au socialisme laïc. Mais il est peu probable que les français permettent que les socialistes continuent à faire semblant d'établir leur Utopie ou plutôt Dystopie au delà de mai 2017, bien que tout soit possible comme on a déjà eu le malheur de constater en mai 2012.

L'incapacité du socialisme hollandesque d'assumer la responsabilité en quoi que ce soit, a fait naître la délégation de la responsabilité aux autres. Le chômage donc est devenu la responsabilité des entreprises, au moins les entreprises qui par miracle arrivent toujours à survivre. Le Pacte de Responsabilité, formule typique hollandesque, est en fait un prétexte pour faire passer la responsabilité du chômage. Mais il n'y a aucun pacte, car aucun accord. Une entreprise sensée préfère payé les charges et les taxes même trop lourdes plutôt qu'être obligée d'embaucher des salariées qu'elle n'a pas besoin et qu'elle aura bien trop de mal à congédier par la suite.

Les socialistes français s'identifient avec les Révolutionnaires Français. C'est vrai que les principes de la liberté, de l'égalité et de la fraternité étaient réservés uniquement pour les révolutionnaires. Les non membres du Club eurent été sciemment, cruellement privés de ces mythiques avantages de manière tranchante. En effet aujourd'hui, sous le socialisme sectaire hollandesque, on retrouve le même phénomène. Les entreprises sont surtout privées de la liberté qu'elles ont bien besoin pour réussir et pour se développer davantage. Ironiquement mais naturellement c'est cette privation de liberté qui détermine l'augmentation constante du chômage. Mais, idéologie oblige, on ne libère pas les entreprises. Quant à la fraternité, la division sociale semble être aussi importante aujourd'hui qu'elle eut été pendant la fin du dix-huitième.

Très récemment on se borne à entamer la liberté de la vocation des médecins. Malgré le serment d'Hippocrate, le ministre de la Santé a eu l'idée malsaine d'ajouter aux contraintes sociales des généralistes, qui selon l'idéologie de ce ministre, devraient servir davantage les 'intérêts' de l'Etat.
Cette ministre est un bel exemple de l'incompétence de ce gouvernement. Elle ne connaît rien à l'égard de la vocation médicale, mais n'empêche qu'elle est choisie comme ministre de la Santé. Elle fouine en voulant changer le statu quo des généralistes uniquement par considération idéologique.
Selon cette idéologie tout le monde devrait pouvoir bénéficier du traitement médical, y compris les "sans dents". On n'a plus besoin d'argent, plus besoin de travailler, tout est gratuit dans ce pays utopique et démagogique de Hollande. Donc les médecins, serviteurs fidèles obligatoirement de l'Etat, doivent renoncer eux aussi à leur liberté de vocation.

Pendant une période de ma jeunesse j'ai travaillé en free-lance à Paris, sans alors trop de succès, à part d'obtenir une riche expérience. Lors de cette période j'ai contracté une infection de gorge assez grave. (Manger des tomates ou des oranges, par exemple, était impossible car trop douloureux). Au pire moment de cette crise, très fiévreux, j'ai cherché à tâtons un médecin car manifestement j'en avais bien besoin. Aujourd'hui je ne sais toujours pas qui était le médecin que miraculeusement j'ai réussi à trouver par hasard, et qui a eu la gentillesse de m'accueillir chez lui et de me soigner gratuitement. Mais je pense souvent à cet ange gardien.
Cette anecdote me vient à l'esprit car voilà un exemple de l'exercice de la liberté d'un médecin aussi suivant le serment d'Hippocrate. Les médecins n'ont aucun besoin des faux moraux des illuminés, fouineurs, hypocrites. La pratique médicale dépend sur la liberté de prendre de telles initiatives, de suivre un code de conduit selon ses propres principes, critères, convictions et intégrité. Bien entendu l'Etat n'y entre nullement.

Faisons une autre illustration. Si l'Etat, soucieux de faire appliquer son idéologie absurde, décrétait que tout le monde avait droit à l'art. Que l'art ne dépendait sur aucun critère financier. Si donc on n'avait pas d'argent on pourrait toujours obtenir une belle œuvre d'art, idéologie obligé.
Que seront les conséquences de cette folie ? Et bien il n'y aura plus d'art. Il n'y aura seulement la médiocrité qui ne peut jamais être qualifié comme de l'art.

En somme le produit du genre de socialisme sectaire hollandesque, n'atteint même pas le niveau de la médiocrité, il est même lamentablement inférieur.

Mais soyons optimistes. En France Il y a toujours de la lumière au bout du tunnel. On la voit clairement comme un rayon d'espoir que l'on approche graduellement et inéluctablement. Une nouvelle année commence demain, ce qui veut dire que F. Hollande a moins de 29 mois pour continuer son règne. Certes il n'y aura point de miracles produits par lui pendant cette période, mais le temps fuit à lui ainsi qu'à son socialisme irrévocablement, tout comme du sable fin qui passe entre les doigts.
Un homme normal qui sait que son niveau de popularité n'atteint même pas les 10% aurait la grâce de démissionner. Sinon il n'est pas normal, il n'est qu'un indigne et cynique opportuniste.

Buvons du Champagne cette nuit et trinquons à ce rayon d'espoir. Buvons à la liberté, car en fin de compte elle est indomptable. Demain c'est un autre jour, et la vie est toujours belle. Bonne année à tous!

*

Text and image © Mirino. December, 2014