'L'Inglorieuse' Révolution

 

La Révolution Française. Une bête acharnée, sauvage et quasi incontrôlable, relâchée à faire comme bon lui semble. Comment pouvait-elle incarner l'Egalité, la Liberté et la Fraternité? Au contraire, de continuer à faire semblant, à la célébrer comme si c'était bien le cas, est de l'hypocrisie cynique, indigne de la vérité et de la mémoire de tant de victimes innocentes.

Tous les faits sont soigneusement archivés et disponibles, comme ceux des massacres et noyades de Nantes, ou les tueries de Vendée- parmi lesquels celui de la Chapelle de Notre-Dame où 564 personnes furent froidement massacrés au sabre et à la baïonnette dans ce lieu sacré. Voici l'ordre de Huché: 'Enfoncez-leur vos sabres jusqu'à la garde dans le corps. Taillez et retaillez...'
Le froid massacre des prêtres et des religieuses, l'obligation d'abjurer la religion, surtout le Catholicisme. Une guerre diabolique contre Dieu lui-même. La dévastation et le pillage des églises, les enlèvements, la destruction ou les refontes des clochers datant même parfois du XII siècle.

C'était bien un règne de terreur où il ne suffit que d'avoir une voisine jalouse ou malveillante pour finir décapité(e) à la guillotine. Mais avant d'y arriver, il fallait traverser l'horreur des prisons, souvent sans eau ni nourriture, ni vêtements contre le froid- car selon les bourreaux- pourquoi s'en préoccuper s'ils vont être guillotinés?

Il y a des récits atroces, des chasses aux sorcières, des horreurs commises par 'les Bleus' de Cordellier, les massacres des Beaufou, la Gaubretière, Lucs, Saint-Sulpice-le-Verdon, Mormaison... Voici encore un rapport du Général Huché de l'armée glorieuse de la République: 'Je les égayés de la bonne manière; ils étaient en trop petit nombre pour en faire grand carnage. Plus de cinq cents, tant hommes que femmes ont été tués... J'ai fait fureter les genêts, les fossés, les haies et les bois, et c'est là qu'on les trouvait blottis. Tout a passé par le fer, car j'avais défendu que, les trouvant ainsi, on consommât ses munitions.'...

Ce sont seulement quelques petits récits parmi tant d'autres événements barbares et inutiles de cette histoire. Car à partir de la prise de la Bastille le 14 juillet, 1789- qui en elle-même sembla avoir déjà établi un précèdent de cruauté injustifiée- jusqu'à la fin, il y a assez de tels exemples pour remplir des volumes.

Aujourd'hui, où il se passent des événements ailleurs dans le monde qui devraient aussi nous rappeler de ce qui s'est déroulé vers la fin du XVIII siècle en France, (des horreurs haineuses et barbares, l'intolérance religieuse, les répressions cruelles et tyranniques, etc.) comment peut on prétendre que les principes fondamentaux de la Révolution Française, cette Liberté, Egalité et Fraternité étaient mis en valeur, en pratique, et respectés?
N'est il pas temps que l'on soit officiellement plus honnête et intègre concernant la réalité, les faits incontestables de cette partie terrible de l'histoire française, au lieu de continuer à vouloir perpétuer un mythe- pour la forme et le bien de la République?

Si la Révolution Française fut inévitable, même nécessaire, si les beaux principes- plutôt utopiques- que l'on proclame toujours haut et fort, sont réellement valables, est ce qu'on a le droit de considérer tous ces événements, tous ces faits, partie intégrale de quelque chose de 'glorieuse'?

Cette bête acharnée, sauvage et quasi incontrôlable a fini par se tuer elle-même, mais on n'a pas le droit de minimiser le mal qu'elle avait fait auparavant, et encore moins de la glorifier.   

Avant de mourir cependant, elle a fait naître un Empereur auto-proclamé. Lui aussi est allé trop loin, certainement en Espagne et en Russie, mais malgré les critiques d'aujourd'hui (bien moins tendre avec lui qu'avec les criminels de la Révolution) c'est possible, ironiquement, que ce soit surtout lui qui a re-légitimé la République, la stabilisée et sauvé la France du vortex infernal, des conséquences irrévocables de sa propre Révolution.

 
___

Text  © Mirino (PW) December, 2009. Source-L'Anti-89. Images (modified) Google archives.   

4 comments:

Mirino said...

Certains pensent que l'on ne devrait pas trop régurgiter le passé, ('let by-gones be by-gones', etc.) mais on régurgite le passé chaque fois qu'on le célèbre- recrachant alors sur les victimes encore comme si de rien n'était, comme si on n'a pas avancé, pas évolué depuis.

(La célébration d'Orange Day en Irlande c'est un autre triste exemple):

http://mirino-viewfinder.blogspot.com/2009/03/consequences-ireland.html

Nous avons tous une responsabilité à faire face à notre passé de manière intègre. Si notre histoire est l'ensemble de nos racines, comme celles d'un arbre, pour pouvoir pousser droit ne faut-il pas les connaître, les admettre et les comprendre honnêtement à fond? Ceci non seulement pour laisser enfin reposer en paix tant de victimes, mais pour faire en sorte que jamais à l'avenir on pourra permettre ou laisser engendrer un tel événement meurtrier, tragique, cruelle et injuste.

Nos enfants aussi ont toujours le droit de savoir la vérité. Le passé est aussi leur héritage. Ils sont les bourgeons du futur et le futur est toujours déterminé par le passé, bien évidemment.

De même que l'état de notre petite planète est aussi déterminé par notre comportement. Si on a fait du mal on ne continue pas comme si rien n'était, tout en le sachant ou en cachant la vérité.

rob said...

C'es pourquoi j'ai "linké" ce post...

Mirino said...

C'est gentil Rob. Merci!

The Commentator said...

I have linked this post as well and offered my thoughts on my blog.

But I will leave this message:

"Waste no time with revolutions that do not remove the causes of your complaints but simply change the faces of those in charge."

-Francesco Guicciardini